A découvrir

Dégradation de la santé mentale des français : la Fondation Fondamental appelle à l’action et propose des solutions

Publié : 21 octobre 2021

La Fondation FondaMental a réuni le 18 octobre au Conseil économique social et environnemental (Cese), décideurs, praticiens, associations proches de patients et experts pour rappeler les enjeux et présenter les solutions.

 
Un an et demi après le début de la pandémie, la situation est grave : la Covid-19 a un impact dévastateur sur la santé mentale des Français et ces effets vont s'inscrire dans la durée.
 

 

1) Une étude Ipsos pour la Fondation Fondamental révèle l’état catastrophique de la santé mentale des Français (1)

 
 
L’état de santé mental des Français reste très inquiétant, malgré le recul de la pandémie. Ainsi, en septembre 2021 :
 
  • 44% des Français considèrent que la crise sanitaire a des conséquences négatives sur leur santé mentale
  • 47% présentent des symptômes dépressifs et 1 Français sur 4 des symptômes modérés à sévères
  • Plus d’un quart des Français fait aujourd’hui l’objet d’une suspicion de trouble d’anxiété généralisée
  • Pour la moitié des Français, cette situation détériore leur quotidien (travail, tâches à la maison, leur vie sociale)
  • 1 Français sur 5 a déjà pensé qu’il vaudrait mieux qu’il soit mort ou a songé à se blesser
 

Par peur et par méconnaissance, les Français ne parviennent pas à identifier leurs symptômes et ne savent pas vers qui se tourner pour se faire soigner:

1/3 des Français ne sait pas qui aller consulter en cas de trouble mental
Seuls 58% des Français savent quel professionnel de santé solliciter et plus d’1 sur 2 ne connait pas les structures disponibles
 
Une méconnaissance des maladies mentales à l’origine de nombreux clichés
  • 66% des Français estiment que les personnes prises en charge pour une maladie mentale représentent un danger pour elles-mêmes
  • 34% qu’elles représentent un danger pour les autres
  • 44% estiment qu’on ne guérit jamais vraiment d’une maladie mentale
Une perception dégradée de l’offre de soins en psychiatrie
  • Presque la moitié des Français juge non satisfaisante la qualité de la prise en charge des patients, leur suivi, et l’efficacité des traitements et des soins
  • Pour 1/3 d’entre eux, la qualité des services de psychiatrie dans les hôpitaux s’est détériorée ces 10 dernières années et pour 3 Français sur 5 les moyens alloués sont insuffisants
• Les jeunes, parmi les plus fragilisés par cette crise
  • 49% des 18-24 ans et 58% des 25-34 ans estiment que la crise sanitaire a eu des effets négatifs sur leur santé mentale
  • Les 18-24 ans et les 25-34 ans sont les plus concernés par des symptômes dépressifs plus ou moins graves (23% et 17%) ; ils ont été les plus nombreux à avoir des difficultés dans leur travail, leurs tâches à la maison et leur vie sociale (67 et 60%)
  • Les 18-24 ans sont les plus nombreux à penser avoir eu un trouble d’anxiété généralisé (41%)

2) La santé mentale en France, un coût de plus en plus insupportable

 
 
On estime à 12 millions le nombre de personnes souffrant de troubles mentaux. Une étude exclusive URCEco pour la Fondation FondaMental a chiffré à 160 millards € le coût des maladies mentales en France en 2018.
 
L’étude distingue les coûts directs et indirects, médicaux et non médicaux (2). Elle comprend les coûts de la prise en charge du secteur médico-social et social, du secteur sanitaire, ainsi que les coûts liés à la perte de productivité et à la perte de qualité de vie.
 
 
•  Coût des maladies psychiatriques : 160 milliards €, dont 38 milliards « vraiment » dépensés pour la prise en charge
•  Coûts directs : 33 milliards €
•  Coûts indirects (perte de qualité de vie et de productivité) : 126 milliards €
•  Dépenses liées à la prise en charge des personnes atteintes de handicap psychique : 10,16 milliards €
•  Coût de la perte de productivité des personnes souffrant de trouble psychique : 43,21 milliards €, soit 27% des coûts totaux de la pathologie psychiatrique (vs 22% en 2007).
•  Coût de la compensation de revenu (dépenses liées aux arrêts maladies, chômage, inactivité et invalidité imputable à la maladie mentale) : 5,3 milliards €

3) Une nécessité : investir massivement pour la psychiatrie en France

Les Français sont critiques à l’égard de l’état de la psychiatrie. Conscients de la détérioration des services psychiatriques et de l’insuffisance des moyens, ils plébiscitent les mesures proposées par la Fondation Fondamental.
 
Quatre retiennent particulièrement leur attention. Ils souhaitent à :
  • 86% l’augmentation du budget de la recherche médicale en psychiatrie
  • 86% une plus grande attractivité de la filière pour former les psychiatres
  • 85% une campagne d’information grand public
  • 85% l’augmentation du nombre de lits dans les établissements
Dès le début de la crise sanitaire, en annonçant la troisième vague psychiatrique, la Fondation FondaMental alertait les pouvoirs publics et proposait des solutions.
 
Ces solutions sont précisées dans le livre « Réinventer notre santé mentale avec la Covid-19 » paru aux Editions Odile Jacob.
 
 

Le Pr Marion Leboyer, directrice de la Fondation FondaMental, et co-auteur de ce livre, souligne : « La Covid-19 a permis de médiatiser la question de la santé mentale, qui était jusqu’à présent occultée. L’urgence de faire face à la situation a eu un impact jamais vu dans la mise en commun des savoirs et le partage des informations, qui sont à l’origine de la création ou du développement de solutions de prise en charge innovantes.  Cette pandémie doit marquer un tournant dans l’histoire de la santé mentale ! ».

 
__________________________________________________________________________
(1) Etude IPSOS réalisée auprès d’un échantillon de 1000 Français âgés de 18 ans et plus, du 24 au 27/09/ 2021
(2) Les coûts directs médicaux sont liés à la maladie et aux soins : médicaments, hospitalisations, tests,... et les « non médicaux » les soins informels, les transports non médicaux, le médico-social et social.
 

Actualités associées