Recherche

La schizophrénie et les troubles bipolaires sont-ils en passe de devenir une seule maladie ?

Publié : 10 octobre 2019

La schizophrénie et les troubles bipolaires présentent des anomalies cérébrales communes identifiées grâce aux progrès de la neurobiologie et de la neuroimageire et orientant vers une prévention et des traitements ciblés. Le point avec le Pr Josselin Houenou, co-auteur d'une étude sur le sujet.

 
La schizophrénie et les troubles bipolaires sont classés depuis le début du XXe siècle comme deux états neuropsychiatriques distincts. À l'heure actuelle, ces troubles appartiennent à différentes catégories de diagnostics, conformément au Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5).
 
Cependant, leurs symptômes cliniques, leur évolution, leurs déficits neurocognitifs, leurs anomalies génétiques et leurs traitements pharmacologiques se chevauchent considérablement, soulevant la question d’un support neurobiologique commun. 

Qu’est-ce que le concept de « dysconnectivité » ?

Comme le montre la recherche récente, les différentes parties du cerveau sont reliées entre elles par des voies de connexion multiples qui forment des réseaux. Le concept de dysconnectivité met en lumière le principe d'un cerveau « câblé » : il ne suffit pas, pour son fonctionnement, qu'il dispose d'aires cérébrales intactes, mais encore que ces aires soient correctement reliées et puissent échanger  correctement les informations entre elles. 
 
D’après ce concept, c’est l’altération de la substance blanche, qui contient les « câbles » reliant les aires cérébrales, qui serait à l’origine des symptômes de la maladie.
 
Jusqu’ici employé pour la schizophrénie, ce concept de dysconnectivité semble être aussi applicable aux troubles bipolaires.
 
C’est en tout cas ce que démontre cette revue systématique de la littérature réalisée par une équipe française grâce au financement de la Fondation FondaMental et basée sur les dernières études publiées sur les deux pathologies.

La plupart des études (18 sur 23) n'ont signalé aucune différence entre les groupes de patients

La substance blanche du cerveau se compose de millions de câbles de communication, chacun contenant un long axe unique (nommé axone), entouré d’une substance grasse blanche, nommée myéline. Ces câbles blancs relient les neurones d’une région du cerveau à une autre.
 
D’après les résultats des études, des modifications de la densité des oligodendrocytes (des cellules essentielles qui forment la gaine de myéline) et de la coloration de la myéline ont été observées de façon identique, à la fois dans la schizophrénie et les troubles bipolaires
 
De même, plus de la moitié des études d'imagerie (IRM cérébrale) ont mis en évidence une diminution commune du signal au niveau de la radiation thalamique antérieure droite (une voie qui contient les fibres nerveuses qui relient le cortex frontal au thalamus), ainsi que des altérations du corps calleux (qui relie les deux hémisphères du cerveau entre eux pour assurer le transfert d'information et leur coordination), du fascicule longitudinal (qui relie les cortex auditifs et moteurs) et de la corona radiata (qui appartient à la substance blanche). 
 
Sur le plan génétique, une expression commune des gènes, des protéines et des ARNm (les messagers entre l’ADN et les protéines) a été observée dans les deux pathologies.

La schizophrénie et les troubles bipolaires pourraient-ils être une seule maladie ?

 Pour le Pr Josselin Houenou (Inserm, CEA, Neurospin), "ces résultats confortent l'hypothèse de la dysconnectivité en montrant que les troubles résultent en partie d'une altération des réseaux de régions cérébrales au niveau de la substance blanche, plutôt que de régions indépendantes. Les études neuropathologiques ont aussi révélé des facteurs cellulaires et moléculaires clés contribuant à une myélinisation et une connectivité altérée chez ces patients." 

 
Cette absence de différences significatives entre les patients atteints de schizophrénie et de troubles bipolaires semble bien confirmer que ces maladies ne sont certainement pas des entités entièrement différentes au niveau de la neuropathologie de la substance blanche.

Une remise en question des concepts est probablement à venir

En suggérant une origine neurale, cellulaire et génétique commune entre la schizophrénie et les troubles bipolaires, les études de neuroimagerie et de neuropathologie confirment le chevauchement considérable qu’il existe entre ces maladies. 
 
Les troubles psychotiques et les troubles de l'humeur font partie des maladies mentales les plus invalidantes dans le monde. Grâce à la compréhension de leurs mécanismes d’apparition, il sera probablement possible à l’avenir de considérer leurs mécanismes communs pour mieux les traiter et les prévenir. 
 
----

Donner aux chercheurs les moyens d'agir est essentiel pour favoriser les découvertes.
Vous aussi, soyez un acteur du changement en psychiatrie!
Soutenez l'innovation, faites un don.

----

Actualités associées

  • Schizophrénie : l’efficacité des soins de réhabilitation dans les Centres Experts FondaMental

    Publié : 06 novembre 2019

    L’efficacité des interventions de réhabilitation psychosociale sur les symptômes et le fonctionnement des personnes présentant une schizophrénie a été évaluée au sein des Centres Experts. Les résultats plaident en faveur d’un large déploiement de ce type d’interventions.

  • Un parcours de soins innovant dédié aux personnes avec troubles bipolaires

    Publié : 27 septembre 2019

    Le projet d’expérimentation « Passport BP », porté par la Fondation FondaMental, vient d’être autorisé par un arrêté du ministère des Solidarités et de la Santé. Il propose une prise en charge spécialisée et coordonnée, associée au développement d’outils numériques, à l’utilisation d’algorithmes...

  • Facteurs prédictifs de rechute dans la schizophrénie

    Publié : 28 août 2019

     Prédire la rechute psychotique est un défi majeur du traitement de la schizophrénie. Une étude longitudinale, menée sur deux ans auprès des patients suivis dans les Centres Experts FondaMental schizophrénie, révèle que le niveau d'agressivité, le nombre élevé d'hospitalisations en psychiatrie,...