La stigmatisation de la schizophrénie constitue un obstacle au rétablissement

Vrai ou faux ?

Vrai

Véritable fléau de la psychiatrie, la stigmatisation touche les personnes malades, leurs proches ainsi que les soignants et constitue un obstacle majeur au rétablissement des personnes malades.

Le Baromètre de la santé mentale, enquête menée en 2009 par la Fondation FondaMental et Ipsos auprès de la population française, avait révélé que la schizophrénie est la pathologie ayant le taux "d'acceptation sociale" le plus faible parmi les différents troubles psychiatriques.

Concentrant les peurs et les fantasmes, la schizophrénie est, plus souvent que dans les autres pathologies, associée à la dangerosité et l'imprévisibilité. Ainsi, vivre avec une schizophrénie, c'est à la fois en subir les symptômes et en endurer les préjugés et le rejet social qui lui sont associés.

Les conséquences en sont délétères, tant sur la personne malade que sur son entourage: l'entrée dans les soins est retardée, l'acceptation des soins est moindre, le pronostic de la maladie est dégradé et la qualité de vie comme la pleine participation à la vie sociale et citoyenne des patients et de leurs proches est réduite.

Schizophrénie, une maladie invalidante ?

À lire également

  • Schizophrénie

    Maladie très hétérogène et handicapante, la schizophrénie touche près de 600 000 personnes en France.

  • Schizophrénie, bonheur et Cie

    A l'occasion de la journée mondiale de la santé mentale, la Fondation FondaMental, lance, en partenariat avec l'Unafam, une campagne digitale de sensibilisation pour faire évoluer le regard du grand public sur une des maladies les plus stigmatisées.