Plus d'un sur deux

Plus d'1 patient·e atteint·e de schizophrénie sur 2 consomme du tabac !

Un lien entre tabagisme et schizophrénies ?

Plus d'une personne sur deux, c'est beaucoup plus qu'en population générale, où une personne sur 3 est consommatrice de tabac. Les femmes souffrant de schizophrénie sont autant touchées que les hommes par le tabagisme, alors qu’en population générale, ce sont les hommes qui continuent à être les plus touchés par le tabagisme (1 homme sur 3 contre 1 femme sur 4).
Ces données pourraient suggérer un lien particulier entre le tabagisme et les schizophrénies (des facteurs de risque communs par exemple, ou une vulnérabilité particulière des patient·e·s au tabagisme) 1.

Le tabac, un problème à intégrer dans la prise en charge globale.

Souvent associé à une dépendance à l'alcool, le tabagisme est une des premières causes de mortalité chez les patient·e·s 2. La prise en charge du tabagisme est donc essentielle et doit inclure celle de l’abus d’alcool.

Si des études sont nécessaires pour comprendre pourquoi et comment le tabagisme est si fréquent chez les personnes atteintes de schizophrénie, on sait déjà que le tabagisme perturbe l’efficacité des traitements contre la schizophrénie, principalement à cause de la nicotine qui empêche l’action des médicaments. Les patient·e·s qui fument ont besoin de dosages plus élevés de médicaments.

Des travaux récents pourraient suggérer que le tabagisme a un impact sur la survenue de la maladie.

En effet, la majorité des patient.e.s atteint.e.s de schizophrénies consomment du tabac avant le premier épisode de la maladie.
De plus, en population générale américaine, il a été démontré que le tabagisme était associé à certains symptômes proches de ceux des schizophrénies 3.
Enfin, des études au long cours ont montré que le tabagisme est associé à un risque plus élevé (par 2 environ) de développer un trouble schizophrénique 4.
 

-------------------------------------------------------------

1. Guignard et al, 2015

2. Kelly et al, 2011

3. Mallet et al, 2018

4. Hunter et al, 2018, Scott et al, 2018