Point Recherche

Point recherche du 21 septembre

Publié : 22 septembre 2022

"Les femmes atteintes de schizophrénie risquent davantage de complications durant la grossesse et lors de l’accouchement." Dr. Damien Etchecopar-Etchart, médecin psychiatre et du sommeil, doctorant en recherche clinique et santé publique, Aix-Marseille Université, lauréat "Jeunes Espoirs de la Psychiatrie", membre de la Fondation FondaMental et de la Fondation Bettencourt-Schueller. 

Plusieurs études internationales rapportent des complications durant la grossesse et lors de l’accouchement chez des femmes atteintes de schizophrénies. Cependant, des estimations épidémiologiques fiables et informatives font défaut pour guider les politiques de santé dans la priorisation et l’organisation des services périnataux. 
Ainsi, nous avons effectué une revue systématique de la littérature internationale et une méta-analyse1 pour synthétiser les preuves accumulées concernant la grossesse, l’accouchement, les complications néonatales et la mortalité infantile chez les femmes atteintes de schizophrénie et leurs nouveau-nés (N = 43 611) par rapport aux témoins (N = 40 948 272) entre 1999 et 2021 (26 études en population de 11 pays à revenu élevé). 
Les résultats de ce travail mettent en évidence davantage de complications lors de la grossesse chez les femmes atteintes de schizophrénie que chez les témoins, comme le diabète gestationnel, l’hypertension gravidique, la prééclampsie/éclampsie, les hémorragies avant l’accouchement, le décollement du placenta, la menace de travail prématuré et la rupture prématurée des membranes. On note également plus de recours à la césarienne. Concernant les complications périnatales, on retrouve plus de souffrance fœtale, d’accouchement prématuré et très prématuré, des nouveau-nés de petite taille, de faible poids de naissance ou encore atteints de malformations congénitales. De plus, un nombre de décès plus élevé a été retrouvé lors de la première année de vie par rapport à des enfants nés de femmes témoins. 
Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les besoins complexes des femmes atteintes de schizophrénie et de leurs nouveau-nés, afin d’optimiser la prestation des soins et définir les meilleures pratiques, en lien avec les professionnels de la santé périnatale.
 
Etchecopar-Etchart, D., Mignon, R., Boyer, L., & Fond, G. (2022). Schizophrenia pregnancies should be given greater health priority in the global health agenda. Molecular psychiatry, 1-12.
 

Actualités associées

  • Point recherche du 29 juin

    Publié : 29 juin 2022

    "56,3 % des patients vivant avec une schizophrénie ont une mauvaise compréhension du vaccin contre la COVID-19. "

    Pr Delphine Capdevielle, chef du Pôle universitaire de psychiatrie au CHU de Montpellier

  • Cannabis et Schizophrénie : les symptômes qui doivent alerter

    Publié : 27 juin 2022

    Pour cette 5e édition du FondaMental Talk, nous recevons Dr Baptiste Pignon, psychiatre à l’Hôpital Albert-Chenevier à Créteil et membre de l’Alliance FondaMental. Avec lui, nous allons parler du cannabis et de son effet sur la santé mentale.

  • Psychoses auto-immunes : on est peut-être devant la pointe immergée de l’iceberg

    Publié : 07 juin 2022

    Neurophysiologiste de formation et directeur de recherche au CNRS au sein de l’Institut Interdisciplinaire de Neurosciences à l’Université de Bordeaux, Laurent Groc a contribué à décrire les psychoses auto-immunes, une nouvelle forme de troubles psychotiques, associée à la présence d’...