Recherche

Suivi de cohortes : vers une médecine de précision

Publié : 07 janvier 2020

Troubles bipolaires, dépressions, schizophrénies ou encore troubles du spectre de l’autisme : alors que chaque maladie connaît des formes très hétérogènes, les prises en charge actuelles restent encore les mêmes pour tous les patients. Le suivi au long cours des malades, associé au recueil et à l’analyse d’un grand nombre de données cliniques et biologiques, constitue le premier pas vers une médecine de précision.

L'espoir de la médecine de précision

Aujourd’hui, le diagnostic d’un trouble psychiatrique est posé à partir de l’expression des symptômes, ce qu’en rapportent les personnes malades et ce qu’observent  les médecins. Aucun indicateur biologique (marqueur sanguin par exemple) ou physiologique (pression artérielle…) ne permet aujourd’hui de faciliter l’évaluation des patients en soins courants et de guider le choix du traitement ou de la stratégie thérapeutique. En conséquence, les diagnostics psychiatriques demeurent encore, à bien des égards, imprécis et subjectifs et les soins proposés empiriques.
 
L’amélioration de la qualité et de l’efficacité des soins dépend en grande partie de notre capacité à relever ces défis dans l’avenir. C’est tout l’objet de la médecine de précision en psychiatrie, qui vise à réduire les approximations actuelles.
 
Les progrès de la recherche en sont un maillon essentiel.
 
L’enjeu : découvrir les caractéristiques cliniques, biologiques ou physiologiques à l’origine des différentes formes d’un même trouble psychiatrique, comprendre les mécanismes perturbés par ces anomalies et leurs conséquences, et enfin, innover dans les traitements en ciblant les perturbations engendrées par ces anomalies.
 
En d’autres termes, la médecine de précision a pour ambition de mieux caractériser les différentes formes d’une maladie pour proposer, à chacun des sous-groupes de patients ainsi identifiés, un traitement adapté, sur-mesure et le plus efficace possible.
 

Le suivi de cohortes

Ces progrès que nous appelonsde nos voeux ne seront possibles que si les chercheurs ont accès aux caractéristiques cliniques et biologiques, sur plusieurs années, d’un grand nombre de patients présentant des formes cliniques variées des différents troubles psychiatriques. C’est le rôle d’une cohorte.
 
Concrètement, une cohorte suit pendant plusieurs années ou décennies une population de sujets, afin d’étudier les données cliniques, biologiques, sociales, économiques et environnementales, leur évolution et leur interaction.
 
Le suivi de cohorte est un outil essentiel pour identifier les facteurs de risque d’une maladie, en caractériser les stades d’évolution ainsi que les marqueurs biologiques et/ou les facteurs de risque environnementaux qui leur sont associés.

Les Centres Experts: un dispositif national standardisé

Pour répondre à cet enjeu, améliorer la précision du diagnostic et aider les médecins traitants dans la prise en charge de leurs patients, la Fondation FondaMental a créé et coordonne en France plus de 40 Centres Experts, tous spécialisés dans une pathologie : schizophrénies, troubles bipolaires, dépressions résistantes ou troubles du spectre de l’autisme sans déficience intellectuelle.
 
Ces consultations spécialisées sont abritées au sein de services hospitaliers. Leur spécificité et leur force : elles proposent le même parcours de soins, utilisent, partout en France, les mêmes outils d’évaluation selon la pathologie et collaborent pour mettre en commun les données recueillies.
 

Centres Experts FondaMental: le parcours du soin à la recherche

Le bilan en Centre Expert FondaMental

Quand un patient est adressé à un Centre Expert par son médecin traitant, une première consultation psychiatrique permet de faire un point global sur son état de santé.Si cela est jugé nécessaire par le psychiatre, une équipe pluridisciplinaire réalise alors, plusieurs semaines après, un bilan médical complet (psychiatrique, psychologique, somatique et cognitif)
 
A l’issue du bilan, un diagnostic est posé et un compte-rendu détaillé accompagné de recommandations de prise en charge est remis au patient et à son médecin. L’équipe réalise un suivi annuel pour faire le point sur l’évolution de la maladie et le bénéfice des recommandations proposées.

Le pont vers la recherche

En parallèle, l’ensemble des données cliniques et biologiques recueillies sont, sauf opposition du patient, anonymisées et mises à la disposition des chercheurs : il s’agit de la base de données FACE (FondaMental Advanced Centre of Expertise).
 
Celle-ci constitue une source d’informations précieuse pour mieux comprendre ces troubles psychiatriques et les facteurs qui impactent leur pronostic. Le recueil homogène des données, selon un protocole standardisé et partagé dans tous les centres, permet de suivre l’évolution de multiples paramètres, sur plusieurs années.
 
En plus de ce parcours de soins, l’équipe médicale peut proposer au patient de participer, avec son consentement, à des projets de recherche spécifiques nécessitant des prélèvements, des examens ou des évaluations complémentaires. C’est le cas du projet Bio-FACE qui vise à collecter des échantillons biologiques (une prise de sang permet de recueillir de l’ADN, de l’ARN, du plasma et du sérum) et à les stocker dans une banque d’échantillons biologiques (aussi appelée biobanque).
 
Professeur de psychiatrie à l’Université de Franche-Comté et directeur de la recherche au sein de la Fondation FondaMental, le Pr Emmanuel Haffen explique :
 

« La constitution d’une biobanque en complément du recueil des données médicales effectué par les Centres Experts est une nécessité.

Pour percer le mystère des troubles psychiatriques, comprendre les anomalies cellulaires ou moléculaires à l’oeuvre, il nous faut disposer d’échantillons biologiques dédiés à la recherche.

La force de notre action tient à notre capacité à organiser ce recueil à plusieurs moments de la vie des malades et à associer l’analyse de ces données biologiques à l’analyse des données médicales. »

 

Soutenir la médecine de précision

La Fondation FondaMental s’est donnée comme priorité de constituer des cohortes adossées à la plus grande banque de données française en psychiatrie, reposant sur l’infrastructure des Centres Experts.
 
Grâce à ce dispositif original et intégré, la Fondation a pour ambition de faire progresser les connaissances afin de proposer à chaque patient un diagnostic plus fiable et un traitement sur-mesure.
 
Véritable alliance du soin et de la recherche, les Centres Experts invitent les patients à devenir acteurs des progrès de la médecine.
 
 
----

Pour donner les moyens à la science d'améliorer la prise en charge des malades, faites un don à la Fondation FondaMental.

 
----

 

Actualités associées

  • Avec l'urgence sanitaire, l'urgence psychiatrique

    Publié : 26 mai 2020

    La Fondation FondaMental alerte sur les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur la santé mentale et lance une campagne d’appel aux dons. 

  • Soins en psychiatrie & Covid-19

    Publié : 17 avril 2020

    La Fondation FondaMental s’est associée à l’Encéphale pour proposer une série d’articles sur la psychopathologie des troubles psychiatriques et le Covid-19. Le premier porte sur les soins psychiatriques et somatiques en psychiatrie en temps de pandémie. 

  • Ensemble, faire face aux défis du Covid-19

    Publié : 16 avril 2020

    La Fondation FondaMental a lancé, en quelques semaines, de nombreuses initiatives pour relever les défis posés par le Covid-19 et ses conséquences en matière de santé mentale. Le message du Pr Marion Leboyer, directrice.