Recherche

Facteurs prédictifs de rechute dans les troubles bipolaires

Publié : 25 janvier 2021

Prédire la rechute est un défi majeur dans le traitement des troubles bipolaires. Une étude récente, menée par le réseau des Centres Experts Troubles Bipolaires de la Fondation FondaMental, s’est intéressée à la fréquence des rechutes et aux facteurs prédictifs associés, comme les symptômes dépressifs résiduels ou les troubles du sommeil.

Les troubles bipolaires se caractérisent par l'alternance d'épisodes de dépression et d'excitation, entrecoupée par des périodes sans ou avec peu de symptômes. Le risque de rechute dans les troubles bipolaires est important : en moyenne, un patient présente une rechute tous les deux ans. Prédire la rechute représente donc un enjeu majeur dans les troubles bipolaires : l’identification de facteurs prédictifs permettrait en effet de réduire les hospitalisations, les conséquences psychosociales, le fardeau et la souffrance liés à la maladie.
 
Une étude portant sur 1135 patients évalués et suivis pendant trois ans au sein du réseau des Centres Experts Troubles Bipolaires de la Fondation FondaMental a permis d'étudier la fréquence des rechutes et les facteurs cliniques associés.
 
 

L'importance des données recueillies dans les Centres Experts FondaMental

La Fondation FondaMental s’appuie sur un dispositif unique en France : les 46 Centres Experts FondaMental, plateformes de diagnostics, qui recueillent des milliers de données auprès des patients, dont 12 dédiés spécifiquement aux troubles bipolaires.
 

« Le recueil de ces données permet aux cliniciens et aux chercheurs des Centres Experts de mener des analyses longitudinales afin de suivre au long cours des personnes atteintes de troubles bipolaires. Ces études sont d’autant plus primordiales qu’elles sont la seule façon de tenir compte des phénomènes liés au temps et ainsi de mieux comprendre l’évolution de la maladie » explique Ophélia Godin, épidémiologiste au sein de la Fondation Fondamental.

 

La rechute thymique dans les troubles bipolaires et son impact

Les résultats de l’étude menée confirment qu'il s'agit d'une problématique fréquente puisque, au sein de l’échantillon, 54% des patients ont vécu une rechute au cours du suivi.
 
Dans la majorité des cas, il est fait état d'une rechute dépressive. Plusieurs facteurs mesurés lors de l'évaluation clinique initiale sont associés au risque de rechute dont les plus importants sont :
  • les symptômes dépressifs résiduels, 
  • les troubles du sommeil, 
  • un moins bon fonctionnement, 
  • les troubles anxieux ou addictifs associés,
  • les cycles rapides

Prévenir les rechutes en agissant sur les facteurs prédictifs

Dès lors, il est primordial d’identifier au plus tôt ces facteurs prédictifs afin de prévenir les risques de rechute. Les patients présentant ces facteurs, tels que les troubles du sommeil ou les troubles anxieux, peuvent ainsi être pris en charge à l’aide d’un traitement adapté et personnalisé. La prédiction de rechute chez les patients atteints de troubles bipolaires représente une étape cruciale dans le développement d’une médecine de précision.

Orienter les recherches vers des marqueurs prédictifs complémentaires

Même si ces facteurs sont associés à la rechute, ils demeurent faiblement prédictifs de celle-ci. De fait, ils ne permettent pas de prédire avec précision si un patient présentera ou non une rechute au cours du suivi.
 
Cette étude, qui a porté sur un large échantillon et qui a étudié plus d'une vingtaine de facteurs de risque de rechute, souligne la fréquence de cette problématique dans les troubles bipolaires. Mais elle met également en évidence la difficulté à prédire la rechute uniquement sur la base des données cliniques issues de l'évaluation des patients.
 

« Il convient donc d'orienter les recherches vers des marqueurs prédictifs complémentaires comme ceux issus des recherches en génétique ou en imagerie cérébrale qui permettraient de prédire plus précisément les rechutes .» souligne le Professeur Bruno Etain, chef du Centre Expert Troubles Bipolaires du Département de Psychiatrie des Hôpitaux Universitaires Lariboisière – Fernand Widal à Paris. 

 
 
----

DONNEZ AUX CHERCHEURS LES MOYENS D'AGIR POUR LA RECHERCHE EN PSYCHIATRIE, FAITES UN DON À LA FONDATION FONDAMENTAL.

 
---------------

 

Actualités associées