Les maladies mentales ne se soignent qu'avec des médicaments

Vrai ou faux?

Faux

Les troubles psychiatriques les plus sévères connaissent, pour la plupart, une évolution chronique qui nécessitera une prise en charge médicale tout au long de la vie. Contrairement aux idées reçues, les recommandations de prise en charge des troubles psychiatriques reposent sur trois axes indissociables :

  • la médication,
  • les psychothérapies,
  • le respect d'une bonne hygiène de vie.

Ainsi, la prescription de médicaments ne peut à elle seule suffire à stabiliser un patient. De même, le recours à une psychothérapie (*) ne peut remplacer la bonne observance des traitements médicamenteux. Ce que l'on sait moins, en revanche, c'est qu'une bonne hygiène de vie est un élément clé du rétablissement et contribue à diminuer les risques de rechutes.

En complément de ces trois piliers de la prise en charge médicale des patients, des techniques de neurostimulation sont actuellement à l'étude dans les cas de résistance aux traitements standards. L'objectif de ces travaux : identifier les mécanismes impliqués et optimiser leur prescription pour en permettre l'usage en soins courants.


Enfin, une autre dimension, rarement prise en compte dans la prise en charge des patients, tient au repérage, au diagnostic et au traitement des comorbidités somatiques. Plusieurs travaux ont en effet démontré la prévalence importante de comorbidités somatiques (diabète, obésité, maladies cardiovasculaires...) chez les personnes atteintes de troubles psychiatriques, responsable d'une mortalité prématurée chez ces derniers. L'évaluation systématique des dimensions non psychiatriques de la maladie est indispensable pour améliorer le pronostic et la qualité de vie des patients.

(*) Les psychothérapies ont fait l'objet de différents travaux scientifiques qui ont démontré leur efficacité. Leurs modes d'action comme leur finalité sont variés, néanmoins, les psychothérapies concourent à rendre les patients acteurs de leur soins.

Aller plus loin

Sur les traitements : dans les troubles bipolaires, dans les schizophrénies, dans les troubles dépressifs  résistants, dans le syndrome d'Asperger

Actualités, articles, avancées de la recherche:

À lire également